La vie périurbaine : un nouvel ouvrage issu des travaux du CAUE 30

Pas de commentaire
La vie périurbaine : un nouvel ouvrage issu des travaux du CAUE 30

Les modes de vie en garrigue et la thermographie aérienne sont les deux sujets traités dans La vie périurbaine,  la dernière parution du Réseau Interrégional de Recherches Économiques Sociales et Culturelles (RIRESC). Elle met à l’honneur une partie des travaux réalisés ces trois dernières années par le CAUE 30. L’occasion pour tous de mieux connaître la société locale.

Réalisé par Pascale Parat-Bezard, socio-anthropologue au CAUE du Gard et présidé par le sociologue Jean-Marie Marconot, le livre rassemble deux articles traitant respectivement de la garrigue habitée et d’une évaluation du CAUE sur l’opération de thermographie aérienne initiée par Nîmes Métropole, avec notamment ses effets en terme de travaux engagés dans l’habitat.
Issus des enquêtes de terrain réalisées par l’auteure et des échanges à la fois professionnels au sein du CAUE et scientifiques avec le monde universitaire, les résultats confirment souvent les dernières tendances recueillies sur d’autres territoires ou établies par l’INSEE.

« Toutefois, faisant état de données micro-locales, ces travaux permettent d’illustrer de façon plus concrète et vivante des thématiques parfois floues telles ici le phénomène de périurbanisation ou le concept de développement durable », précise Pascale.

La garrigue un patrimoine commun

Prolongation du livre Habiter en garrigue, une tradition nîmoise, publié en 1997, l’article « Les habitants en garrigue » étudie minutieusement les disparités des modes de vie en garrigue gardoise et montpelliéraine. Une véritable géographie sociale qui révèle un mode de vie loin d’être uniforme.
Pourtant,  « malgré les différences d’attitudes et de comportements des habitants, celle-ci possède une forte valeur intégratrice, constituant un patrimoine commun pour ceux qui y vivent ».

Économiser l’énergie, oui mais…

thermog

Thermographie aérienne à Nîmes. En rouge : les plus fortes déperditions

Écrit en collaboration avec Éric Barlet, conseiller info-énergie au CAUE 30, le second article  traite de la problématique de l’économie d’énergie au travers de l’opération de thermographie aérienne lancée en 2010 Nîmes Métropole.
Une enquête quantitative menée auprès des habitants a révélé que les aides publiques d’incitation à la rénovation thermique des bâtiments n’ont pas tellement bénéficié aux habitants les plus démunis…

Au travers de ces deux articles, la participation des habitants à la lutte contre le réchauffement climatique apparaît dans ses nuances. On voit ainsi que les habitants agissent moins en terme de valeur que dans la perspective de réaliser une économie financière. Tout comme les représentations des populations et leurs pratiques en terme de préservation de l’environnement au sens large.

« Des petits gestes à des engagements individuels et collectifs plus importants, les choix pour lesquels on opte varient selon les catégories socioprofessionnelles et/ou l’âge. Le niveau de revenu est une variable qui joue beaucoup dans les choix. Les plus modestes se contentent des petits gestes alors que les plus fortunés vont investir dans des équipements plus coûteux qui leur permettront de conserver le même confort tout en dépensant moins », détaille Pascale.
Par ailleurs, on voit bien que les pratiques de consommation d’énergie ne sont pas toujours « cohérentes » puisque l’habitant peut économiser sur tel poste (l’eau par exemple) et se révéler énergivore par ailleurs (posséder plusieurs véhicules…).

Des données incitant à la réflexion

vieperiurbaineCes informations précises et diverses reflètent un mode de vie et des problématiques partagées. Elles constituent un bon support de discussion lors des débats que le CAUE est amené à organiser avec les communes et le milieu associatif.

Les enquêtes ont touché  894 habitants et ont été réalisées avec l’appui des étudiants de l’Université de Nîmes (départements AES et Psychologie) grâce à des projets menés dans le cadre de leur cursus ou des stages de fin d’étude au CAUE.

Pour consulter l’ouvrage, deux possibilités :

  • en accès libre au centre de documentation du CAUE 30 à Nîmes (bientôt disponible également en librairie et dans les médiathèques)
  • le commander :  auprès de Jean-Marie Marconot par email : marconotjeanmarie@free.fr , ou par voie postale :
    RIRESC : 9 rue Alain Fournier – 30900 Nîmes.

Prix : 7 €

 

Crédit Photo Une : photothèque mairie de Caveirac

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Retour en haut de page