Habitat et vieillissement : bientôt le livre

Pas de commentaire
Habitat et vieillissement : bientôt le livre

Afin de nourrir la réflexion sur le sujet du vieillissement de la population et des solutions possibles, le CAUE du Gard mène depuis fin 2013 un travail d’enquête approfondi sur le sujet. Il donnera lieu à un ouvrage, actuellement en cours de finalisation et qui sera début janvier entre les mains du maquettiste. Présentation en avant-première avec l’auteure Pascale Parat-Bezard, socio-anthropologue au CAUE 30.

Quels sont les principaux enjeux face au vieillissement de la population ?

D’ici à 2030, on estime qu’il y aura quatre fois plus de personnes âgées de plus de 75 ans et pour les plus de 85 ans, le chiffre sera multiplié par 5.
Pour les responsables politiques, l’enjeu est de maintenir les aînés le plus possible à domicile car c’est une solution plus économique que l’entrée en maison de retraite (ou EHPAD).
Par ailleurs, en dépit de logements pas toujours adaptés à la situation des ménages vieillissants, il semblerait que vieillir chez soi corresponde au souhait de ces derniers.

A partir de ce constat, le CAUE du Gard invite dans cet ouvrage à réfléchir sur la signification du mot « habiter », en lien avec le phénomène du vieillissement.
S’appuyant sur une démarche vivante, il  met en lumière des exemples d’établissements médicalisés, des structures existantes ou nouvellement promues dans le département, pensées comme intermédiaires entre ces établissements et le domicile.

Comment se sont déroulées les enquêtes ?

Des rencontres – une vingtaine – ont tout d’abord été organisées auprès de gestionnaires : directeurs de maisons de retraite (EHPAD),  directeur de foyer-logement, de centre communal d’action sociale, bailleur social, chef de service habitat, vice-président du Conseil départemental du Gard, etc.
Les structures ou les récentes réalisations visitées ont fait l’objet d’une présentation détaillée, abondamment illustrée des prises de vues du photographe Patrice Loubon.
Ce travail de terrain, complété par les portraits ou entretiens des personnes interviewées, met en lumière les relations étroites entre sciences humaines, sciences sociales et architecture.

Les acteurs de la maîtrise d’œuvre, d’ouvrage et d’usage ont également été sollicités,  348 précisément : maires, architectes, habitants de 60 ans et plus et résidents de petites unités de vie, interrogés par questionnaires.
Les résultats font également la part belle aux données qualitatives et sont complétés par des extraits d’interviews menés auprès d’habitants de plus de 75 ans.

Quelles sont les pistes innovantes en matière d’habitat pour les personnes âgées ?

C’est l’objet de la troisième partie de l’ouvrage qui crée une ouverture vers l’habitat intergénérationnel, parfois participatif (les deux n’étant pas toutefois forcément liés) tel qu’il apparaît timidement dans notre région, avec, entre autres, l’opinion de deux chercheurs sur le sujet. Un architecte interrogé a d’ailleurs estimé que l’innovation serait de considérer que  nous restons humain jusqu’à l’ultime seconde…
Tout au long de l’ouvrage, en effet, l’avis d’universitaires et autres spécialistes – architectes, aménageurs, sociologues, psychologues environnementalistes ou cliniciens – remettent parfois en question nos certitudes ou notre manière de nous représenter cette « nouvelle génération qui encombre », selon les mots de Muriel Boulmier.

Ntre Dame des Pins-

Rencontre intergénérationnelle à l’EHPAD Notre-Dame des Pins à Saint-Privat des Vieux.

Crédit Photos : Patrice Loubon (Une : Alès Les Santolines, première maison en partage)

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Retour en haut de page